Défi,  Prendre soin de soi

Pourquoi je me suis lancée dans un jeûne ? (et ce que ça m’apporte)

Au moment où j’écris ces lignes je suis à mon troisième et dernier jour de mon premier jeûne hydrique. (Pour que tu saches : un jeûne hydrique est un jeûne où on garde la boisson : eau, infusions, bouillon de légume)

J’ai envie de vous partager cette expérience, pourquoi j’ai décidé de tester et ce que ça m’a apporté jusque là.

Attention : je tiens à préciser que je ne vais parler que de mon expérience vécue – si tu veux toi-même faire un jeûne ce n’est pas ici que tu vas trouver comment faire.

Pourquoi faire un jeûne ?

Ca fait un (bon) moment que je sens que j’ai un rapport pas très sain à la nourriture – même si je mange sain.

N’empêche, je mange plutôt trop, quand même pas mal de sucre et je grignote pas mal. Ma relation à la nourriture est loin d’être simple et fluide.

De plus, je sens aussi depuis que je développe le coaching que je passe beaucoup de temps statique devant mon ordi. J’adore mais je sens quand même que mon corps se ramollit.

Je ne me sens pas en forme.

Pour remédier à cela j’ai décidé de prendre un coach sportif pour prendre soin de mon corps.

Et j’ai aussi décidé de faire ce jeûne.

Parce que je sens que je suis encrassée, d’une certaine manière.

Parce que je sens que je camoufle des trucs à travers la nourriture. Qu’elle me permet d’éviter certaines émotions et certains mécanismes souffrants.

En gros, quand je me sens pas bien : je mange !

Comme ça je ne sens plus que je vais pas bien.

Je fuis le problème.

Et ça me fait chier.

Je veux arrêter ça.

Et je veux être mieux dans mon corps.

Du coup, j’ai décidé de me lancer dans ce jeûne, tout en étant accompagné par une coach.

Je veux prendre soin de mon corps et être bien dedans.

Ce que ça m’a apporté jusque là

Phase de préparation

Au cas où tu ne sais pas du tout comment se passe un jeûne, sache que pour en arriver aux trois jours de jeûne, il faut réduire progressivement son alimentation et enlever progressivement les différentes catégories d’aliments (viande, sucre, produits laitiers, céréales…). Du coup, il faut en gros 4 à 5 jours de préparation avant le jeûne proprement dit.

Cette phase a été super intéressante pour moi, déjà parce que la coach qui fait du déblocage de l’inconscient a rassurer mon système que je n’allait pas mourir de faim. Oui, ça m’a aidée 😅😂

Ca m’a permise de mettre la main sur un de mes mécanismes, que j’ai vu dès le premier jour : partir en mode guerrière déterminée. C’est à dire me dire “ça va être dur mais je vais tenir”.

Je l’ai vu et j’ai décidé de changer ça.

J’ai décidé d’y aller en douceur.

Oui, ça a vraiment été le mettre mot de ma phase de préparation : la douceur.

Donc je suivais ce que je ressentais : si j’avais envie de m’allonger, je m’allongeais ; si j’avais envie d’aller faire un truc je le faisais…

Ca m’a permise d’expérimenter cet état que… je ne connaissais pas vraiment.

Je n’ai jamais vraiment été très douce envers moi-même. 😅 J’ai pu le tester là.

Ca m’a aussi permis de prendre pas mal de temps d’introspection, ce que je fais rarement aussi. En général je n’aime pas trop creuser ce qu’il y a à l’intérieur de moi.

Là, j’ai pris des temps pour écrire, écrire tout ce qui me venait, comme ça me venait, sans me juger.

Très cool !

Je veux grave garder cette habitude parce que ça m’aide bien à reconnaître ce que je vis à l’intérieur et ce que je pense (même si je n’aime pas ce que je pense), à l’accepter, lui laisser de la place et surtout l’exprimer à l’extérieur pour enfin le laisser sortir.

J’adore et je suis ravie que ce jeûne soit tombé pile au moment où j’étais dans cette phase d’introspection.

Et puis, je pense que le jeûne a quand même contribué à ça 😉

Voici les deux grands trucs que je retiens de cette phase.

Pendant le jeûne

Etant encore dedans (c’est le dernier soir mais quand même) je vais donc ta partager ce que je vis maintenant.

Le premier jour a été relativement top, dans la suite logique de la phase de préparation.

Et puis ça s’est corsé le deuxième jour 😅

Là j’ai carrément senti que mon système passait en mode panique. Je ne suis pas sûre que j’avais vraiment faim mais j’ai eu pas mal de gènes au niveau de l’estomac et du ventre en général.

Je peux te dire que j’ai eu un peu plus de mal à tenir. Même en buvant beaucoup.

Ce qui m’a beaucoup gênée aussi c’est que j’étais super fatiguée.

Et que je me suis rendue compte que d’habitude quand je suis fatiguée, je mange. Et ça repart.

Sauf que là je ne pouvais pas manger.

Et j’avais du mal à supporter d’être fatiguée.

Heureusement, pour avoir tester le sport, je savais que ça aussi redonne de l’énergie. Donc je suis sortie marcher un peu et ça m’a vraiment aidée. Ca a même calmé les gênes que j’avais à l’estomac 😄

Ce qui est vraiment intéressant c’est que j’ai vu ma coach ce matin pour discuter de comment je vivais les choses.

Et quand je lui ai partagé cette information (que quand j’ai une baisse d’énergie je mange) elle m’a fait le miroir que je comptais sur l’extérieur pour m’apporter de l’énergie et que je ne croyais donc pas en moi, en mon intérieur pour le faire !

(D’où l’intérêt d’avoir un.e coach pour nous renvoyer nos mécanismes. Moi toute seule je ne l’avais pas du tout vu comme ça !)

Je t’avoue que je suis encore en train d’intégrer l’information, même si ça fait complètement sens.

Je savais déjà que j’étais bien branchée sur l’extérieur mais je n’avais clairement pas encore vu tous les domaines dans lesquels c’était le cas.

Je suis hyper heureuse d’avoir vu ça ! Parce que ça me permet de reprendre encore plus de pouvoir sur moi-même et de revenir encore plus à moi.

Cette expérience me permet aussi de voir à quel point je ne supporte pas d’avoir des baisses de régimes. Mais alors pas du tout !

Voilà bien un truc que je fuis, entre autre avec la nourriture.

Je n’aime pas ne pas être au top !

Le pire, c’est que très régulièrement je ne le suis pas.

Je pense principalement parce que dès que je sens une petite baisse je me juge et je me fouette de ne pas être au top. Et, évidemment, ça contribue à baisser encore plus mon énergie. (ça se saurait si les jugements nous aidait à nous élever et à nous épanouir)

Bref, j’ai bien vu ça avec l’aide de ma coach et du coup, aujourd’hui (troisième jour), je me suis autorisée à aller à notre rencontre hebdomadaire entre familles IEF parce que j’avais envie. Je me suis aussi autorisée à ne pas aller discuter avec les autres parce qu’elles étaient à l’ombre et moi j’avais envie d’être au soleil. A m’allonger deux fois et à fermer les yeux parce que je sentais de la fatigue (d’ailleurs je signale que je me sentais bien mieux et plus alerte après 😉).

Quand je suis rentrée, je me suis aussi allongée parce que j’étais encore fatiguée trente minutes avant une réunion visio que j’avais.

Bref, je me suis beaucoup allongée pour faire la sieste aujourd’hui et ça a été relativement ok pour moi (au moins à 80%). Et c’est une vraie victoire !

Aussi le fait d’arrêter de me sentir obligée d’aller discuter aves les autres (alors que je n’avais pas envie) pour être intégrée dans le groupe.

Très intéressant à explorer ce rapport difficile que j’ai avec la baisse d’énergie.

C’est un truc que je vais continuer à creuser – avec douceur 😉

En fait, c’est évident que je vais aller tout creuser en profondeur pour reprendre du pouvoir sur moi et une connexion plus profonde à mon intérieur.

Bilan provisoire

Le vrai bilan de ce jeûne sera intéressant à faire d’ici quelques semaines, voir s’il a eu un réel impact dans ma vie.

Mais je peux déjà dire qu’il m’a beaucoup apporté.

Beaucoup de belles prises de conscience et de passage à l’action pour sortir de mes anciens mécanismes.

Autrement dit, je suis ravie de cette expérience ! ✨❤

Pour l’instant, beaucoup de bon.

Va juste falloir que je sois attentive avec la reprise de la nourriture que je ne retombe pas dans mes anciens schémas.

Eh bien, on va voir ça 😉

Hey, dis moi en commentaire si tu as déjà fait un ou des jeûnes ? Tu as aimé ? Ca t’a apporté quoi ?

Si tu n’en a jamais fait, est-ce que ça te tente ? Qu’est-ce qui t’empêche de passer à l’action ? (tu as le droit d’avoir peur hein, c’est bien pour ça que moi je n’en ai pas fait plus tôt 😅😉)

Si cet article t'as plu, partage le !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *